01-anne-Dormeurs-Kamouraska.jpg
02-MC-famille-Dormeurs-Kamouraska.jpg
03-Charles-Dormeurs-Kamouraska.jpg
04-MC-Dormeurs-Kamouraska.jpg
05-camille-Dormeurs-Kamouraska.jpg
06-CJ-Dormeurs-Kamouraska.jpg
07-emile-Dormeurs-Kamouraska.jpg
08-maude-Dormeurs-Kamouraska.jpg
09-jacinthe-G-Dormeurs-Kamouraska.jpg
10-jacinthe-G-Dormeurs-Kamouraska.jpg
<
>

Radioscopie du dormeur
2021 (projet en cours)

Projet post-documentaire combinant photographie et vidéo, Radioscopie du dormeur propose une étude sur les mécanismes du sommeil et met en lumière les comportements individuels ou collectifs de l’être humain dans ses différents cycles nocturnes. Comment notre corps répond-il à l’appel du sommeil ? Quelles sont nos « habitudes gestuelles » durant ces phases ? Comment se traduit notre relation spatiale et physique avec celles et ceux qui partagent notre lit ?

Les rituels corporels, la nuit, les émotions primaires, l’intimité révélée, la rencontre et le mouvement sont des sujets récurrents dans la pratique de l’artiste. En menant cette nouvelle réflexion autour du sommeil, Caroline Hayeur tente de percer le mystère de nos intimités nocturnes dans une perspective à la fois esthétique, scientifique et sociale.

« Corps fusionnés sous des draps froissés, couvertures modulant les formes, l’humain est ainsi pris en flagrant délit d’abandon, livré à l’appareil photo comme seul témoin de son état ensommeillé. Quelques regards, tantôt somnolents, tantôt éveillés, jettent un coup d’œil furtif dans le noir, les pupilles dilatées par la pénombre. Quelle heure est-il ? Le temps se fige jusqu’à ce que l’un des capteurs placés au-dessus du lit détecte un nouveau mouvement et enregistre l’instant. » – Sophie Bertrand


Quai du village, 10e Rencontre photographique du Kamouraska, 2021 © Caroline Hayeur

Le premier volet de Radioscopie du dormeur est le fruit d’une résidence d’artiste réalisée dans la région québécoise du Kamouraska avec la participation de la communauté alentour. Grâce à un dispositif infrarouge et un détecteur de mouvement emprunté au matériel de chasse, la photographe s’éclipse, laissant l’intimité reprendre sa place et la vie de la nuit se dérouler comme une poésie. 


Projection vidéo sur le parterre du Centre d'art de Kamouraska, 2021 © Caroline Hayeur

« Une installation formée de nombreuses et très grandes images, au quai de Kamouraska, nous révèle ces dormeurs, que la marée découvre puis dissimule, ou enveloppe. À l’entrée du Centre d’art de Kamouraska, c’est une projection fantomatique qui se dévoile à nous: des nuits complètes sont condensées, chacune en 1 minute et des poussières. Les photographies et la vidéo, en boucle, nous rappellent avec émotion que la vie ensommeillée est à la fois douce et chargée, qu’elle est répétition et renouvellement. » – Ève Cadieux, commissaire de la 10e Rencontre photographique du Kamouraska

 
Quai du village, 10e Rencontre photographique du Kamouraska, 2021 © Caroline Hayeur


Radioscopie du dormeur

Description technique:
– 10 impressions numériques sur Sintra
– Projection vidéo, boucle de 12 min. 30

Diffusion:
2021 – Exposition de groupe, « NOS RECOMMENCEMENTS », 10e Rencontre photographique du Kamouraska
Intervention extérieure: quai du village (photographies) et parterre du Centre d’art de Kamouraska (installation vidéo)
Commissaire: Ève Cadieux

Publication web:
2021 – Magazine CIEL VARIABLE, chronique: La photographie documentaire, Caroline Hayeur, Radioscopie du dormeur
Auteur: Sophie Bertrand
Magazine CIEL VARIABLE – Caroline Hayeur, Radioscopie du dormeur21 décembre 2021

  
Vues du dispositif de caméras infrarouges munies de détecteur de mouvement, 2021 © Caroline Hayeur
Caroline Hayeur installant le dispositif dans une chambre à Kamouraska, 2021 © Nicolas Paquet
 

Centre d'art de Kamouraska
10e Rencontre photographique du Kamouraska – Entretien avec Caroline Hayeur